Le choix d’allaiter

Actus  | 01 Octobre 2014
Babymoov

Pour être toujours au plus près des besoins et des envies des parents, Babymoov sollicite régulièrement vos témoignages et expériences par le biais de sondages, de réunions mamans ou encore d'immersions dans les familles. 
Et pour devenir encore plus expert de certains sujets, nous n'hésitons pas à nous entourer de professionnels de la santé : diététicien, pédiatre, chirurgien-dentiste

anne-laure_navarre

Et qui connait mieux le sujet de la grossesse et est au plus proche des prarents durant les premiers instants de la vie d'un bébé ? Les sages femmes bien sur !

Nous accueillons ainsi Anne-Laure NAVARRE, sage femme, qui a accepté de nous livrer son expérience sur divers sujets, comme l'allaitement maternel. Découvrez ci-dessous son premier article !

Vaste sujet que celui de l’allaitement maternel ! Souvent objet de débats et de passions du fait du grand lien avec l’affect, les ressentis, vécus, souvenirs ou cultures de chacun.

Soyons clair ! Dans nos cultures industrialisés, l’allaitement maternel est un choix. Oui, nous avons la grande chance de pouvoir choisir de donner le sein à nos bébés ou de donner du lait artificiel de qualité et en toute sécurité sanitaire. Cela veut dire que le premier principe pour réussir un allaitement est celui d’avoir envie d’allaiter. Cela peut sembler aller de soi, mais on n’allaite pas pour faire plaisir à sa mère, sa belle-mère, son mari ou la boulangère. On allaite parce qu’on a envie de partager cette proximité et intimité avec son bébé. Parce que l’on se sent prête à vivre à son rythme pendant quelques semaines ou plus si affinité. Et parfois aussi parce que l’on pense que c’est mieux pour la santé du bébé, mais cet argument n’est pas toujours suffisant à lui tout seul pour trouver la motivation de passer les moments plus difficiles, mais nous en reparlerons dans un autre billet.

Se contraindre à allaiter alors qu’au fond de vous, vous ne le sentez pas, vous n’en avez pas l’envie, vous n’avez pas envie de cette proximité au niveau de cette zone de votre corps, etc, etc (et vous en avez le droit sans avoir à vous justifier auprès de qui que ce soit), ne mènera souvent qu’à plusieurs jours difficiles d’angoisse (je n’ai pas assez de lait, mon lait n’est pas assez nourrissant, je n’arrive pas à le calmer, il a tout le temps faim…), de douleurs (parfois exacerbées car tout simplement pas prête psychologiquement) et d’insatisfaction. Au final, dans la majorité des cas, nous retrouvons ces patientes en pleurs, voulant arrêter l’allaitement en catastrophe, et qui n’ayant connu que le pire, reste confortée dans l’idée que ce n’était pas pour elle.

Facilitez-vous la vie, si vous n’avez pas envie, ne le faites pas ! Les laits artificiels ont des qualités nutritionnelles très satisfaisantes, vous serez rassurée de voir les quantités que bébé prend à chaque repas et vous pourrez lui donner le biberon avec plaisir et sérénité et partager ce plaisir avec votre entourage. Faites vous confiance et prenez de l’assurance dans votre rôle de mère : vous savez ce qui sera le mieux pour vous et pour votre bébé. Et le mieux, c’est que vous soyez le plus détendue et sereine possible ! Personne n’a à juger de votre choix et, promis, votre bébé sera tout aussi beau et intelligent que tous les autres ;)

J’avoue tout de même parfois que vous pourriez sentir comme une pression du personnel de la maternité. C’est souvent plus à titre informatif et parce que la loi demande à promouvoir l’allaitement maternel auprès des jeunes mères (tout comme elle interdit la publicité pour les laits artificiels 1er âge). Mais il est vrai que rien que les mots ou de petites phrases peuvent être culpabilisantes ou mal venues. Je me souviens qu’à l’école de Sage-Femme, notre Directrice était très sensible au poids des mots et en voici un exemple très concret :

Une des façons très commune de vous demander le choix d’alimentation que vous avez fait est de vous demander : « Vous allez allaiter ? », question à laquelle si vous n’avez pas fait ce choix, vous serez obligé de répondre « non », ce qui est en soi culpabilisant.

Est-il si difficile de re-formuler cette question : « Donnerez-vous le sein ou le biberon à votre bébé ? » Cela semble bête, mais dans cette 2ème option, les 2 modes d’alimentation sont mis au même niveau, il n’y en a pas un qui prévaut sur l’autre.

Pour terminer sur le sujet : la question sensiblement identique qui m’horripilait (alors même que j’ai choisi d’allaiter mes enfants) : « Tu le nourris ?? » sous-entendu « tu le nourris au sein ? » mais remarquez comme cette expression terriblement courante, met un poids de culpabilité. Et je me suis surprise dans mes moments de lucidité (assez rare chez une jeune maman, il faut l’avouer ;) ) à avoir répondu « Pourquoi, si je donnais le biberon, je ne le nourrirais pas ?? ». La tournure de ces questions est souvent dépourvue de mauvaises intentions mais il y a des habitudes de langage qu’il serait bon de perdre.

Enfin, sachez que si vous êtes vraiment dans le doute et que vous vous dîtes qu’il faudrait au moins vous rendre compte de la sensation d’avoir un bébé au sein avant de vous décider, l’équipe soignante peut vous proposer ce que l’on appelle une « tétée d’accueil ». Le principe est de vous proposer qu’une seule mise au sein. Cette tétée a plusieurs intérêts :

- le 1er, de vous faire découvrir des sensations et cela parfois suffit à affirmer votre choix ou au contraire, on le voit parfois, de faire basculer la situation et de vous donner l’envie de continuer l’expérience.

- deuxièmement, et là plus pour votre bébé, cette tétée peut lui apporter un peu de réconfort lors de sa naissance et lui permettre un atterrissage en douceur. Enfin, cela lui permet de profiter d’un peu de colostrum, ce 1er lait, riche en anticorps et en matière grasse qui saura le satisfaire pour ces 1ères heures de vie.

Dernier mot : n’oubliez pas que l’équipe soignante a pour mission de vous accompagner là où vous en êtes, sans jugement, dans l’objectivité et l’empathie, vous pouvez donc leur faire confiance et échanger avec elle sur tous ces sujets.

Par Anne-Laure NAVARRE

Je partage
Fermer

Twitter

Facebook

0  Commentaire sur Le choix d’allaiter

Laissez votre commentaire sur cet article

CAPTCHA Image
Entrez les caractères ci-dessus * Changer d'image


* Champs obligatoires